Accueil | A la Une | REGLEMENT n°5 DE L’UEMOA : Les partisans de Khalifa Sall dénoncent une justice sélective

REGLEMENT n°5 DE L’UEMOA : Les partisans de Khalifa Sall dénoncent une justice sélective

Khalifa Sall n’a pas eu la même chance que Thione Seck. En effet, malgré le règlement n°5 de l’Uemoa, qui exige la présence de l’avocat dès les premières heures de l’interpellation, le procès de l’ancien maire de Dakar n’a pas été annulé, contrairement à celui du leader du Raam Daan. Ce dernier a fini par humer l’air de la liberté. L’annulation du procès de Thione Seck remet au goût du jour l’article n°5 du règlement de l’Uemoa.

Celui-ci, qui exige la présence de l’avocat dès les premières heures de l’interpellation du prévenu, n’a pas été appliqué au chanteur et à l’ancien maire de Dakar. Ainsi, si Thione Seck a été libéré pour vice de forme, Khalifa Sall, par contre, n’a pas pu être sauvé des liens de la détention. Selon les partisans de l’ancien parlementaire, cette situation confirme l’acharnement subi par leur mentor.

Joint par ‘’Seneweb’’, Cheikh Guèye s’insurge contre l’iniquité de la justice notée au Sénégal. «Le bâtonnier a raison, Maguette Diop aussi a raison. Ce qui est problématique, c’est le fait que cela soit appliqué à Thione Seck et non pas à Khalifa Sall. Ce qui confirme l’acharnement qu’on a envers lui», déplore le maire de Dieuppeul. A ses yeux, le règlement n°5 de l’Uemoa est très clair en la matière.

«La présence de l’avocat pendant l’audition est un élément essentiel de la procédure. Quand cela n’existe pas, la procédure est nulle», juge-t-il. Le conseiller municipal à la ville de Dakar de se demander : «Nous sommes dans un pays où il y a deux justices. Le fait que Maguette Diop ait appliqué ce règlement singulièrement, alors qu’il était assesseur, c’est lui-même qui était pressenti pour juger Khalifa Sall et, au dernier moment, on lui a retiré cela.

Est-ce qu’on n’avait pas peur qu’il applique ce règlement n°5 et libère Khalifa Sall ?». Il rappelle tout de même que depuis 1920, la caisse d’avance existe à la ville de Dakar et elle a toujours été dépensée comme ça. Pour sa part, Me Khoureychi Ba se réjouit qu’on en fasse de plus en plus de la jurisprudence sur cette affaire. Qui, en l’en croire, est un vice de forme qui aurait dû annuler toute la procédure.

Si le procès du maire de Dakar a été entravé sur la forme, Khalifa Sall a été toutefois écroué sur la base du rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige). Ce que Me Ba considère comme anti-juridique. «Le rapport de l’Ige n’a pas jusqu’à présent été déclassifié. Il n’est pas à la disposition des avocats et personne ne l’a vu. Il pense ainsi qu’on ne peut pas se baser sur ce rapport pour le juger», a-t-il plaidé.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*